Nouvelles découvertes dans les fouilles archéologiques du Montcaio-Torre del Descargador

Nouvelles découvertes dans les fouilles archéologiques du Montcaio-Torre del Descargador

Les fouilles archéologiques dans le Montcaio-Torre del Descargador ont mis en lumière une structure de villa romaine rustique après les vestiges islamiques. Ces travaux s’inscrivent dans le cadre d’une initiative de collaboration entre le Conseil municipal de Guardamar, l’Institut de recherche en archéologie et patrimoine historique de l’Université d’Alicante, la Generalitat Valenciana et le Service provincial de Costas.

Le site comprend une vaste étendue de vestiges dispersés à travers le complexe de dunes côtières avec une large séquence d’occupation datant de l’époque romaine et atteignant l’époque islamique. Au moins deux noyaux ont été localisés que ce qui aurait dû être un ensemble plus grand, éloigné l’un de l’autre à environ 300 mètres: le Montcaio lui-même (BRL),où deux phases d’occupation d’une colonie romaine ont été documentées avec deux moments constructifs distincts (I-IV et V-VI siècles) et une petite mosquée qui se chevauche semblable à celles trouvées dans le ribat de Califal de Guardamar, et le Downloader Tower (BIC),où une partie d’une structure tapiale solide a été documentée.

En 2018, il a été agi dans la région de Montcaio pour documenter l’ensemble du plancher de l’oratoire, restaurer, consolider et clôturer les structures, mettant le tout en valeur de restauration.

Les travaux ont débuté à The Downloader’s Tower en collaboration avec le ministère en novembre 2019. L’excavation entière de l’intérieur de la tour et son accès a été effectuée, afin de documenter la séquence et d’entreprendre la restauration de son coin le plus détérioré.

Les nouveaux travaux réalisés à l’automne 2020 ont documenté l’ensemble de la plante de la structure médiévale et confirment sa chronologie (fin du XIe siècle moyen). En outre, ils ont permis de documenter en extension une phase romaine assiégée, similaire à celle déjà documentée sous la mosquée montcaio. Cette phase correspond à un bâtiment résidentiel romain, peut-être partie d’un village rustique, dont les fondations forment une plante complexe et axiale, formée par une série de salles quadrangulaires alignées le long d’un large couloir face à la mer, surmontée de deux grandes salles d’absidadas. Ces chambres courbes spacieuses sont caractéristiques des villas du IVe siècle, destinées à accueillir des fonctions représentatives et sociales telles que le triclinium (salle de banquet) et le tablinum (bureau du propriétaire) ou parfois balnea (bâtiments de bain, bien que dans ce cas il n’y ait aucune indication d’une telle utilisation).

Dans l’état actuel de la connaissance et en attente de continuer à travailler dans les deux secteurs du site, on peut dire que sur la plage de Montcaio il doit y avoir eu une villa romaine rustique, peut-être de structure dispersée, à partir de laquelle deux phases d’utilisation productive (haute et basse température) ont été documentées dans la région de Montcaio et un espace résidentiel probable de typologie basse impériale dans le Downloader.

Sur ses ruines, après une période d’abandon et d’exposition systématiques, un règlement du califat et de la période du taifal a été installé à partir de laquelle nous connaissons jusqu’à présent une petite mosquée et une structure fortifiée solide (tour-entrepôt), qui a été construit en utilisant comme fondation les murs de l’une des grandes chambres romaines. L’étendue des deux établissements, leur nature et leur fonctionnalité économique, ainsi que les activités qui y ont eu lieu (production et transformation agricoles, halieutiques ou salées) sont encore inconnues, mais les questions posées par cette importante découverte sont passionnantes et la poursuite des travaux dans ce merveilleux environnement ouvre des attentes très intéressantes en matière de connaissance et de valorisation du patrimoine.